06 février 2013

Pourquoi la « mauvaise » éducation des gauchos ?

gauchisme_gaucho_communisme_famille_mariagepourtous.jpg

Je n’ai pas attendu le débat de la Loi pour le mariage pour tous pour découvrir le travail de nos Parlementaires. Depuis ma plus tendre enfance, les séances de questions au Gouvernement n’ont aucun secret pour moi. A ce titre, je ne suis pas dupe des séquences mélodramatiques qui s’y déroulent et du travail de sape savamment organisé par les élus de l’opposition, qu’ils soient de gauche ou de droite.

En « vieux de la vieille » de ces échanges démocratiques, point donc de surprise à voir l’avalanche d’amendements déposés par l’UMP contre cette Loi ou à entendre certains députés répéter inlassablement les mêmes questions aux mêmes interlocuteurs. C’est risible, c’est pénible, mais c’est aussi cela la démocratie représentative !

Non, je viens ici révéler une imposture, dénoncer un mensonge et réduire à néant la fumisterie très droitière qui sous-entend que les gens de gauche éprouvent des difficultés à éduquer correctement leurs enfants et à leur transmettre les valeurs essentielles !

Quitte à être taxé une nouvelle fois de gauchiste invétéré, je persiste et je signe à dire que nos Parlementaires de droite ont la vilaine habitude de s’approprier les symboles d’une France ou les valeurs d’une République qui appartiennent à tous les citoyens !

Non contents de s’être prêtés aux dérives plus outrancières les unes que les autres, de m’avoir traité de « français anormal », de « destructeur de la société », de « déstabilisateur pour l’équilibre des enfants » ou de « négationniste de la différence sexuelle », ils s’acharnent à prétendre que si j’étais né dans une famille de droite je serais mieux élevé, mieux éduqué et que mes parents m’auraient transmis les valeurs de la France éternelle !

A l’image d’une Eva Joly qui n’a pas attendu de descendre de son drakkar pour connaitre les traditions bien françaises, sachez mes bons messieurs que le fils de communiste que je suis n’est pas né avec un marteau et une faucille suspendus au-dessus de son berceau !  

Soyez rassurés ! Mes parents n’ont jamais poussé le vice à me lire des passages du petit livre rouge en guise de comptines, n’ont pas passé leurs journées à me faire écouter les Chœurs de l’Armée rouge ou à inviter le petit fils de Joseph Staline à jouer les clowns pour mes anniversaires !

Non, jamais. Ils ont même trahi leur classe en me soustrayant à l’enseignement de l’école laïque et républicaine, lui préférant celui de l’école privée catholique toute proche. Voyez-donc, personne n’est parfait !

En revanche, ces dangereux asociaux que sont mes parents, n’ont jamais omis de m’expliquer l’Histoire : celle de la France et celle de notre propre famille. Ils m’ont toujours imposé de respecter les anciens, des respecter les morts, de dire « bonjour », « merci » et « au revoir » chez les autres ou chez les commerçants. M’ont expliqué ce qui différencie une femme d’un homme et, les obligations de la bienséance à l’égard de ces dames. M’ont toujours imposé de respecter notre drapeau, notre hymne national et inculqué le nécessaire « devoir de mémoire ». M’ont enseigné la rigueur nécessaire pour faire face aux obligations de la vie courante ou professionnelle. M’ont expliqué en détail ce qui distingue la pensée de gauche à celle de droite et, même si les enfants sont toujours influencés par leurs parents, ne m’ont jamais renié lorsque mes choix étaient différents des leurs. Ils m’ont enfin, toujours affirmé, que voter n’est pas uniquement un droit, mais le devoir de tout citoyen de ce pays !

mariagepourtous_communisme_matrioshka.jpg

Cet homme et cette femme. Mon père et ma mère. Ces dangereux gauchos qui m’ont pollué l’existence autant que le cerveau selon vous, ont construit l’homme et le citoyen que je suis ! Ces désaxés de votre théorie du genre unique, m’ont transmis (comme à mon frère avant moi) l’amour et le respect que je porte à la République et la France !   

Voyez-vous messieurs les biens pensants, bandits, voyous et barbares que vous êtes, je vous attends pour me dire que mes parents ne m’ont pas éduqué !

Retournez donc à vos études et pensez donc -confortablement installés dans vos fauteuils dorés du Palais Bourbon- que vos propos servent à construire l’Histoire de la France de demain.

A la manière de Montesquieu : « L’éducation consiste à nous donner des idées, et la bonne éducation à les mettre en proportion ».

23 janvier 2013

Pourquoi le danger de l’exclusivité présidentielle ?

mariagepourtous_francois_hollande_president_elysee.jpg

Devant la foule de citoyens américains réunis devant le Capitole pour assister à la prestation de serment de Barack Obama, ce dernier a souhaité imprimer sa marque en lançant une phrase aussi surprenante que plaisante : "Notre voyage ne sera pas terminé tant que nos frères et sœurs homosexuels ne seront pas traités comme tout le monde par la loi" !

Cette sortie très remarquée du président des Etats-Unis à l’aube de son second mandat, intervient au moment même où la France est à la veille d’accorder l’accès au mariage civil et à l’adoption d’enfants par des couples homosexuels. Devons nous y voir un heureux présage ?

Hasard du calendrier, c’est le même jour que le président François Hollande a décidé de recevoir une délégation d’opposants au mariage pour tous vendredi prochain, à l’avant-veille de la manifestation nationale pour l’Egalité organisée dans les rues de Paris.

Cette annonce a suscité quelques remous chez les défenseurs du projet qui y voient un nouveau recul du Chef de l’Etat après son faux pas en novembre 2012 sur la « liberté de conscience » devant des Maires réunis en Congrès, et qui n’en demandaient pas tant.

De la même manière qu’il m’est apparu nécessaire d’exprimer clairement ma désapprobation lors de ce faux pas du président de la République –qui a reçu les représentants de l’Inter LGBT le lendemain pour s’en expliquer- je lui accorde le droit, pour ne pas dire le devoir, de recevoir cette délégation au Palais de l’Elysée.

N’en déplaise à certains, à mes propres pairs peut-être, François Hollande est le Chef de l’Etat, il est et demeure le président de tous les français ! A ce titre, et concernant une réforme sociétale importante, il n’est pas anormal qu’il prenne le pouls du Peuple, de la même manière qu’il a reçu Marine Le Pen lors de la remise du rapport Jospin sur la rénovation et la déontologie de la vie publique.

Celles et ceux qui, à l’image de Christophe Girard, mélangent tout et se font les pourfendeurs de cette initiative présidentielle, doivent savoir qu’ils portent préjudice à la cause qu’ils entendent défendre ! La démocratie ne doit jamais être à sens unique, de la même manière que nul n’a jamais raison tout seul ! 

Les partisans du mariage pour tous défendent un principe juste : celui qu’en France la République reconnait une parfaite égalité entre tous ses citoyens. Que celle-ci s’adresse à tous, sans distinction d’origine sociale, religieuse ou sexuelle.

Dans le même temps, ces mêmes partisans ne doivent pas s’égarer ou se disperser en donnant raison aux sinistres personnages qui disent et distillent les idées selon lesquelles les homosexuels voient dans cette Loi la résolution de leurs seuls intérêts particuliers, représentent un dangereux lobby ou assouvissent ainsi une quelconque autorité narcissique.

frigide_barjot_manif_anti_mariage_gay_photo.jpg

Nous sommes bien trop intelligents pour voir dans la décision du président François Hollande une quelconque soumission aux antis, alors qu’il entend faire respecter l’un des engagements pris lors de sa campagne présidentielle. François Hollande ne peut-être un président exclusif !

Nous sommes bien trop intelligents pour dénier le fait qu’une partie non négligeable du Peuple demeure très partagé sur cette évolution majeure de notre société, et que c’est par le dialogue et à l’épreuve des faits que nous prouverons que cette réforme était juste, équitable et fidèle aux valeurs de la République et de la France.

Participons, tous ensemble, à élever la République en reconnaissant les droits au respect et à l’écoute de celles et ceux qui nous refusent eux, le simple droit d’accéder à une égalité pleine et entière. Restons dignes et résolus jusqu’au bout avant de pouvoir proclamer bientôt que nous sommes tous, libres et égaux en droits !

A la manière de Louky Bersianik : « Le mâle humain croyant à tort n'avoir point reçu la beauté en partage, s'est fait la conviction naïve que c'était l'intelligence qui lui avait été dévolue... en exclusivité ! »

16 décembre 2012

MARCHONS POUR L'EGALITE DE TOUS !

égalité_mariagepourtous_mariagegay_bastille.jpg

14 décembre 2012

Pourquoi l’Egalité pour tous impose la mobilisation de TOUS ?

oui_pour_égalité_mariagegay_mariagepourtous.JPG

Obtenir l’égalité des droits devant le mariage et l’adoption d’enfants est un vieux rêve, une vieille ritournelle, en passe de devenir réalité au printemps 2013. Les citoyens homosexuels français auront du patienter 30 ans (depuis la dépénalisation de l’homosexualité) et une alternance politique, pour entrevoir la possibilité d’une reconnaissance pleine et entière au sein de la République.

Cette égalité promise et attendue n’est pas encore effective. Au moment de franchir le pas, les clans se forment et les positions s’affirment. Obtenir un droit nouveau, même élémentaire, ne doit pas être considéré comme une simple banalité législative. Il doit se faire désirer, se vouloir, se conquérir de haute lutte. Dans une société civilisée comme la notre, cette conquête ne s’opère pas par les armes. Elle s’opère dans les paroles, dans les actes et dans une volonté d’une revendication collective clairement assumée !

Sur ce point, soyons honnêtes, les défenseurs du projet de loi n’ont pas été bons, pour ne pas dire inexistants. Les farouches opposants ou ceux de circonstance, ont monopolisé l’espace médiatique, politique et public, et ont réussi le pari de faire fléchir les tendances de l’opinion qui doute désormais du bien fondé d’une loi jugée non prioritaire en pleine période de crise économique. Si l’on ajoute à cela, les valses hésitations de la majorité parlementaire et du Chef de l’Etat, le canard est devenu quelque peu boiteux. De surcroit, et c’est sans doute le plus dérangeant, la parole religieuse a retrouvé une dangereuse vigueur en imposant ses théories comme la seule vérité.    

Le temps de la mobilisation est venu ! Le temps de faire entendre la voix des françaises et des français attachés à l’idée que la vérité, la seule vérité écrite est celle qui dit que dans notre pays « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits » est arrivé ! Pour que cette parole soit entendue il est indispensable que la mobilisation soit forte et massive !

Citoyennes, citoyens ! Sortons du mutisme et de la léthargie dans lesquelles nous nous sommes enfermés ! Ne laissons pas une minorité renier la réalité des évolutions de notre société ! Affirmons nous, groupons-nous et défendons la Liberté et l’Egalité de tous devant le mariage et l’adoption d’enfants ! Sans distinction d’orientation sexuelle ou de croyance religieuse, la République et la France s’adressent à tous et ne sont pas les privilèges de quelques-uns !

 

NI PLUS, NI MOINS,

JUSTE EGAUX

EN DEVOIRS ET EN DROITS

liberte_egalite_fraternite_republique_francaise.jpg

 

DIMANCHE 16 DECEMBRE 2012

14H00 - PLACE DE LA BASTILLE

21 novembre 2012

Pourquoi le laxisme des associations favorables au mariage pour tous ?

inter lgbt_associations_gays_laxisme_mariagepourtous.jpg

Intégrité et pragmatisme. Voici deux qualités que certains me reconnaissent. Qui pourrait se plaindre d’être encombré par de tels fardeaux ? C’est justement parce que je suis intègre, juste et pragmatique dans mes jugements, que je viens ici écrire haut et fort que je ne suis pas content. Même pas content du tout.

Favorable à la concertation et à l’expression de toutes les opinions, je valorise le débat. Tous les débats. Sans interdit et sans tabou. Pour moi, les questions du mariage pour tous et de l’adoption d’enfants par les couples homosexuels ne font pas exception.

Ayant opposé une fin de non recevoir à nombre de mes amis qui réclament à corps et à cris que notre Parlement légifère rapidement sur ce thème, je connaissais les pensées et les propos auxquels les homosexuels et, plus généralement, tous les français favorables à ce sujet sensible, s’exposaient.

En revanche, je ne m’attendais pas au mutisme, à l’angélisme et au silence des associations (pas seulement gays ou lesbiennes) censées soutenir le Gouvernement et défendre les intérêts de la Liberté et de l’Egalité de tous.

C’est donc avec un certain étonnement qu’à la veille du défilé d’arsenic et vieilles dentelles de Civitas et qu’au moment où Frigide Barjot, Christine Boutin et la Conférence des Evèques de France scellaient leur union de circonstance dans les rues de Paris, que l’Inter-LGBT annonce ENFIN une « nouvelle » mobilisation des français favorables à l’égalité des droits le 16 décembre prochain !

J’écris nouvelle car les mobilisations précédentes ont du m’échapper ! Fait-on référence au rassemblement confidentiel un jeudi soir en début de soirée devant l’assemblée Nationale ? Ou bien encore à ce kiss-in juvénile une semaine après devant l’Hôtel de Ville de Paris ? De qui se moque-t-on ? Ne sommes-nous pas assez responsables et mâtures devant la société et devant l’avenir pour hypothéquer nos chances de montrer le visage de cette France ouverte et tolérante que nous ne cessons d’appeler de nos vœux ?

Un peu de sérieux que diable ! Un peu de hauteur ! Nous ne sommes pas des adolescents attardés qui attendent qu’on leur montre le bon chemin ! Prenons toutes et tous la juste mesure de la réforme attendue et de ce qu’elle implique pour les couples, les enfants et les familles qui l’attendent ! Montrons à la République et à la France, la force de notre engagement collectif et de notre volonté de voire émerger une société fière et riche de la diversité qui est la sienne !

Les uns et les autres, nous devrons encore attendre un mois, un très long mois pour faire entendre notre voix. Nous devrons encore supporter un mois, un très long mois que tout ce que compte la France de plus rétrograde, passéiste et réactionnaire dise tout le bien qu’elle pense de la Liberté et de l’Egalité de tous ! Combien de temps encore allons-nous supporter de nous laisser trainer dans la boue, de nous faire insulter et considérés comme des enfants à qui l’on refuse de céder à un caprice ?

Qu’il en soit ainsi ! Le 16 décembre prochain, armés de gants, d’écharpes, de slogans, de banderoles et de bonne humeur, nous braverons le pavé parisien pour dessiner les contours de la France que nous attendons ! Nous serons là !

Quant aux associations : qu’elles s’expriment, qu’elles bossent et qu’elles se tirent enfin les doigts des fesses ! Notre vérité n’est pas inférieure à celles des autres ! La déclaration hallucinante du président de la République François Hollande devant la réunion des maires de France confirme l'urgence à mobiliser toutes les forces favorables au projet. 

A la manière de Didier Van Cauweleart : « Qu’est-ce-que l’amour ? Le sentiment d’unité renforcé par les brisures. »

16 novembre 2012

Pourquoi la prochaine Gay Pride aura lieu en hiver ?

mariage_gay_lesbien_france_kiss in_civitas_mariage pour tous.jpg

Une fois n’est pas coutume, le rendez-vous de la fierté homosexuelle est décalé ! Que les inconditionnels de ce défilé coloré se rassurent, ils n’ont rien manqué car l’édition 2012 s’est bien déroulée le 30 juin dernier.

Toutefois, au regard de cette France blanche, chrétienne et hétérosexuelle qui s’apprête à déferler ce week-end dans toutes les rues du pays pour crier son hostilité franche et déterminée au mariage pour tous et à l’adoption d’enfants par les couples de même sexe, il appartient à tous les autres de réfléchir à une édition hivernale de la Gay Pride !

La France est un beau pays, un grand pays. Elle offre à tous ses citoyens la possibilité d’exprimer leurs opinions au grand jour sans être inquiétés. Ce principe démocratique doit être honoré et salué. Ainsi donc, quelque soit les considérations personnelles qui animeront les français qui défileront ce week-end, leur voix doit être entendue et respectée. Il n’empêche…

Il n’empêche que la voix de toutes celles et de tous ceux qui jugent le projet de mariage et d’adoption pour tous légitime et bénéfique pour notre société, doit être audible et visible au même titre. Françaises, français, que vous soyez hétérosexuels ou gay, si vous estimez que le temps de l’égalité des droits est venu, faites entendre votre voix !

Puisque le mariage gay est devenu le mariage pour tous, laissons donc la Gay Pride à l’été pour faire déferler très prochainement la French Pride en hiver ! Ne restons pas en simples spectateurs de la défense de l’égalité des droits pour tous les citoyens ! La France et la République se méritent autant que la Liberté et l’Egalité de tous ! Défendons tous notre part de vérité !

Un kiss-in, aussi expressif soit-il, ne remplacera jamais un grand mouvement d’affirmation collective…

A la manière de Victor Hugo : « La vérité légendaire est d'une autre nature que la vérité historique. La vérité légendaire, c'est l'invention ayant pour résultat la réalité. »

05 novembre 2012

Pourquoi le mariage gay incendie les esprits?

mariage gay france_alarme incendie_fire alarm_religion_politique.jpg

Nous voici arrivés au premier moment de vérité du quinquennat de François Hollande. Six mois après son élection, son propre électorat et l’opinion publique en général, ne manquent pas de se rappeler au bon souvenir de ses promesses de campagne. Si la relance économique et la lutte contre le chômage demeurent au premier rang des priorités nationales, un autre front s’est ouvert avec le mariage homosexuel et l’adoption pour les couples de même sexe.

La « bataille des mots d’automne » succède à la « bataille des idées du printemps ». La nouvelle grande bataille de France annoncée a bel et bien commencé ! Sans prétention aucune, ce n’est pas sans une certaine sérénité que j’assiste au grand déballage politico-religio-médiatique dont nous sommes abreuvés depuis quelques semaines. Ce grand déballage ne me perturbe pas plus qu’il ne m’affecte.

Je suis en revanche très surpris d’être mis –presque violemment- en minorité par mes propres affidés qui voient dans cette sérénité certaine, au mieux un simple renoncement passager, au pire une vilaine volte-face idéologique. Ces deux pensées sont bien entendu parfaitement inexactes. Quant les miens appellent à un vote rapide, je défends bec et ongle les vertus d’une sage lenteur. Quant les même me martèlent qu’un débat prolongé conduira au chaos et qu’il convient de légiférer sans délai, je leur rétorque que sans débat la démocratie s’affaiblie et qu’une Loi mal ficelée votée à la hâte serait tout autant dévastatrice.

A l’inverse de certains de mes amis et autres connaissances LGBT, je ne stresse pas le moins du monde en observant la courbe de sondages qui indiquent une désaffection des français pour la « Gay friendly attitude ». Je ne m’offusque en rien des prises de position rétrogrades et ultraconservatrices de l’Eglise Catholique et de son porte-flingue politique incarnée par Christine Boutin. Je ne prends nullement ombrage des rétropédalages existants entre Gouvernement et Parlement.

« Diantre ! Mais pourquoi est-il si serein ? » s’énerveront encore quelques-uns…

Car les sondages reflètent toujours le sentiment de l’opinion publique à un instant T. Que l’opinion se soucie bien plus actuellement de son porte-monnaie que de ses propres droits et autres libertés individuelles. Que je maintiens, comme il y a 2 ans, que les français se répartissent en 3 tiers (1 très favorable, 1 très opposé et 1 qui s’en moque totalement). Qu’en 1981, malgré les 2/3 de français qui y étaient alors opposés, la majorité du moment avait fait voter l’abolition ferme et définitive de la peine de mort dans notre pays.

Car l’Eglise Catholique joue la survie de sa supposée suprématie spirituelle au sein d’une société en voie de déchristianisation avancée. Qu’il reste du devoir des guides spirituels de défendre la vérité de leurs écritures saintes. Que l’opposition aigrie de ses défaites du printemps dernier, est bien faible au point de jeter aujourd’hui les homos au bûcher après avoir carbonisé nos compatriotes musulmans durant les cinq dernières années. Que nous sommes en République et qu’en République chacun a le droit d’exprimer son opinion.

Car François Hollande, tout Chef de l’Etat qu’il est depuis mai, ne peut se soustraire au Parlement. Qu’il appartient à la majorité actuelle de faire taire ses propres dissensions en rejetant sur la seule opposition les pensées passéistes sur le sujet. Qu’une Loi n’est durable et bénéfique pour la société que lorsqu’elle est réfléchie et savamment étudiée. Qu’il convient de marteler que l’égalité des droits n’est en rien un gadget censé satisfaire une clientèle électorale, mais bel et bien un progrès et une maturité avérée de notre société.

Non chers lecteurs, je ne suis ni soucieux de cette exigence d’égalité, ni encombré de celles et ceux qui la juge nocive pour l’avenir. La mesure sera adoptée le moment venu. Cette promesse est un poids qui leste les pieds de ce Président et de cette majorité. Non tenue, ils sombreraient avec elle.

Non chers lecteurs, je suis bien plus inquiet d’entendre déjà quelques sinistres républicains de circonstance évoquer qu’au jour de leur retour en grâce ils décideront de retirer un droit légitime et fondamental acquis, au même titre qu’ils défiscaliseraient quelques heures supplémentaires !

Oui chers lecteurs, je gronde déjà ! J’affûte déjà mes armes ! Je refuse de croire en pareille hypothèse. Dans le cas contraire, je ne me déroberais pas et je défendrais ma propre Liberté et mes propres droits. Ce que la République donne, elle ne le reprend pas ! Il n’y a pas de mauvais droit, il n’y a que de mauvais politiciens songeant à le retirer !

A la manière de Ségolène Royal : « Un adversaire politique n’est pas un ennemi ; c’est un partenaire du débat démocratique. »

25 octobre 2012

Pourquoi un baiser dédicace à Alliance Vita ?

mariage_gay_homosexuel_baiser_culte_lesbiennes.JPG

CERTAINS SONT PRO-VIE

NOUS SOMMES PRO-AMOUR

CONTRE LA BETISE ET L'INTOLERANCE

ASSUMONS TOUTES NOS DIFFERENCES

22 octobre 2012

Pourquoi Ashley Madison ou « bonjour, quel est votre fantasme préféré » ?

adultere_luxure_ashleymadison_presidents.jpg

Je suis un anti conformiste revendiqué et assumé. Je vais encore me faire beaucoup d’amis en écrivant ce post. Une ère nouvelle flotte sur notre beau pays de France : les relations extraconjugales s’exposent enfin en France au grand jour !

A grand renfort d’un titre évocateur, je salue ici le lancement  de la version française du site québécois ashleymadison.com qui, en détournant l’image des quatre derniers présidents de la République, appelle nos ouailles nationales à briser les tabous d’une sexualité débridée.

Après la campagne à succès de « Bonjour madame, quelle est votre fleur préférée ? » où de jeunes étalons -aussi musclés que sucrés- sont venus égayer les couloirs du métro, c’est Dame Ashley Madison qui est venue secouer le cocotier du pays de Tante Yvonne et de Christine Boutin. Oui mesdames, oui messieurs, vous-aussi, laissez-vous tenter par le délice d’une relation extraconjugale !

Je ne suis pas expert en matière de couple. Quelques vilaines langues ne manqueront pas de le souligner. Pourtant, en observant, en écoutant et en souriant aux frasques diverses et variées des couples formés qui m’entourent, je n’ai plus aucun doute : ça roupille sec au royaume de la luxure !

Que de vieilles habitudes, que de non-dits et que de frustrations jamais avouées ! La vérité, ça donne envie de partager l’amour, le vrai, l’unique, celui où l’être aimé comble les désirs de sa moitié… Ouais, mon œil ! On s’ennuie ferme. On s’enferme dans ses propres certitudes et on succombe avec pertes et fracas.

Mes amis le savent bien, je ne cesse de le claironner à qui veux bien l’entendre : à quoi bon être en couple s’il est impossible d’échanger ses désirs, ses envies, sans que cela ne brise le lien qui uni un couple autour d’un objectif commun ? Une bonne vieille relation et c’est comme avec un Mars : ça repart !

Lors de divers échanges, mon discours est jugé comme une sombre perversion de l’esprit ou une méconnaissance du sentiment amoureux. Soit. C’est presque amusant que l’on me tienne procès pour excès de libéralité alors que beaucoup m’accorde un côté coincé vieille France qui fait tout mon charme dit-on ! Au final, avec le temps, je constate qu’ils sont nombreux celles et ceux qui y pensent, qui y viennent et qui consomment comme les autres !

L’essentiel est de ne pas mélanger les genres. Franchise et honnêteté sont bonnes conseillères. Il convient en toute circonstance d’épargner celles et ceux qui nous sont chers en avouant ses propres faiblesses. Ca brise, ça tangue ou ça choque, mais c’est parfois un mal pour un bien et parfois, cela renforce même les liens essentiels.

Oui mesdames, oui messieurs, vous-aussi, testez et assumez votre propre relation extraconjugale ! A bas les clichés désuets ! Renonçons à une énième hypocrisie… et qui sait… Cela permettra peut-être à quelques uns de se détendre !

A la manière d’un proverbe chinois : « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes ».

12 octobre 2012

Pourquoi je ne suis pas un pédophile polygame incestueux ?

mariage gay_mariage homosexuel_babouse_gay pride.JPG

« Je vous demande de vous arrêter ! ». Empruntant la phrase –devenue mythique- prononcée par Edouard Balladur au soir du 23 avril 1995, je demande à tous les ennemis du mariage gay et autres défenseurs de la Foi de renoncer à souiller le principe démocratique par leur déluge incessant d’insultes.

Les questions du mariage pour les couples de même sexe et de l’homoparentalité méritent un débat, un grand débat, un vrai débat. Elles excluent de fait de résonner de la même manière que l’a été celui sur l’identité nationale où, les passions se sont déchainées et les considérations haineuses se sont exposées au grand jour. Nous sommes toutes et toutes des français. A ce titre, aucun sujet n’est interdit. Aucun sujet n’est tabou dès lors où la question soulevée est correctement traitée.

Jusqu’à ce jour, je n’ai jamais considéré ma sexualité comme un élément m’imposant de céder à un quelconque instinct revendicatif vis-à-vis du fait majoritaire. Je suis homosexuel. Je n’ai pas demandé à l’être. Je n’ai pas choisi de l’être. Je le suis et je l’assume. C’est une particularité de ma personnalité qui n’est relevée que par ceux qui le juge nécessaire.

Avant tout autre chose je suis un français, un républicain déterminé et un citoyen engagé. Je respecte les Lois communes à tous. Ni supérieur, ni inférieur à mes pairs, je n’exige rien de ces derniers en renonçant à leur imposer quoi que ce soit.

Je ne suis pas un pédophile polygame incestueux et je demande à ce que mon intégrité physique et morale soit respectée. Je refuse d’être classifié, d’être méprisé ou d’être stigmatisé. Je ne demande pas un droit supplémentaire ou un droit différencié. Je demande tout simplement, comme n’importe quel autre citoyen, à ce que mon union éventuel à l’être aimé soit reconnue par la République et devant le Peuple français tout entier. Je demande tout simplement que l’on ne me retire pas la légitimité d’être à même d’élever et d’éduquer un enfant au seul motif que mon couple défie l’ordre naturel des choses.

A toutes celles et tous ceux qui réclament aujourd’hui un droit d’objection de conscience, je réponds que les citoyens et la République ne vous demandent pas votre avis. Nous n’avons pas à nous embarrasser de vos considérations personnelles. Votre seule et unique mission est d’appliquer les Lois auxquelles nous sommes collectivement soumis.

Vous n’êtes que de simples exécutants dépositaires d’un mandat confié par le Peuple. Comme hier, comme aujourd’hui, vous n’êtes que les simples exécutants des Lois de la République votées par le Parlement. En menaçant de refuser de célébrer demain des unions homosexuelles, vous insultez la République autant que vous insultez le Peuple. En agissant de la sorte, vous ne serez rien d’autre que de vulgaires délinquants. De simples petits voyous privilégiés que les ors de la République ne sauraient protéger.

Elevons le niveau ! Elevons le débat ! Puisque nous sommes toutes et tous des enfants de la République, commençons par la respecter et à nous respecter les uns et les autres ! Que chacun exprime sa position en prenant garde de ne pas prononcer de paroles inutilement blessantes et humiliantes.

De la même manière que j’ai dénoncé avec force et véhémence les outrages subis par nos compatriotes musulmans,  je ne laisserai pas une poignée d’intégristes de la pensée, insulter l’avenir et dénaturer un débat qui mérite prudence, sagesse et discernement. Je n’accepterai pas d’être pointé du doigt et traité comme un personnage nuisible à la société.

Ne vous en déplaise, chers opposants, je ne suis pas un pédophile polygame incestueux ! Je ne suis rien d’autre qu’un français au même titre que les autres.

A la manière de Jean Cocteau : « Qui s’affecte d’une insulte, s’infecte ».