15 février 2012

Pourquoi le funeste Vanneste révèle la tromperie de l’UMP ?

deportation_triangle_etoile_nazisme.jpg

A quelques semaines des élections législatives de juin 2012 où il se portera candidat à sa propre réélection, le député de Tourcoing Christian Vanneste récidive dans ses propos ouvertement homophobes.

En 2005 il avait affirmé que l’homosexualité était « moralement inférieure à l’hétérosexualité » et qu’elle constituait un « danger pour la survie de l’Humanité », lui valant d’être amicalement houspillé par Nicolas Sarkozy, alors simple patron de la très jeune UMP.

Aux élections législatives de 2007, Christian Vanneste n’avait pas reçu l’investiture de l’UMP. Le parti majoritaire n’avait pas présenté de candidat face à lui et l’avait réintégré au sein du Groupe UMP une fois les élections passées.

En 2010, ce même Christian Vanneste avait signé un post sur son blog liant homosexualité et pédophilie dans les termes suivants : « l'opposition outrancière entre pédophilie et homosexualité n'est pas fondée en raison des tendances éphébophiles assez fréquentes dans l'histoire qui ignorent la frontière juridique de l'âge » et « l'éphébophilie, ce que l'on appelait naguère la pédérastie, c'est-à-dire l'attirance des hommes pour les adolescents pubères mais ambigus de traits, ne commence ni ne s'arrête à 15 ans ». L’UMP a brillé par son silence complice.

La récidive du jour porte sur ses propos tenus lors d’une interview accordée au site Liberté Politique, dans lesquels il évoque « la légende de la déportation des homosexuels » en précisant « qu’il n’y a pas eu déportation homosexuelle en France ».

Ces propos ont naturellement créé un tollé général dans la classe politique française, Front National compris. Les intègres dirigeants de l’UMP n’ont pas tardé à réagir puisque Jean-François Copé a immédiatement retiré son investiture à Christian Vanneste et, envisage de faire prononcer son exclusion par le bureau politique de son parti.

Cette prompte réactivité de l’UMP ne trompera cette fois-ci personne ! Si l’UMP avait voulu écarter sa brebis galeuse, elle l’aurait fait bien avant et sans aucune ambigüité. Une fois les législatives passées, s’il est réélu elle le réintègrera, lui donnant la possibilité de récidiver une nouvelle fois dans sa croisade anti-homosexualité.

Je ne suis ni surpris, ni blessé par cette nouvelle sortie médiatique. Christian Vanneste est le pur produit de ce que la démocratie peut produire de plus mauvais. Nier ne serait-ce qu’une seule déportation, c’est les nier toutes ! C’est nier un crime. Un crime commis contre l’Humanité toute entière.

A LA MEMOIRE DE TOUTES LES VICTIMES DU NAZISME

A la manière d’Abraham Lincoln : « Aucun homme n’a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge ».

12 novembre 2008

Pourquoi la Cour de Cassation autorise Christian Vanneste à dire que l’homosexualité peut constituer une menace pour la survie de l’humanité ?

christian vanneste.jpgIl n’y a pas de doute : c’est la crise !

Selon une information donnée par le journal Le Figaro, la chambre criminelle de la Cour de Cassation a blanchi aujourd’hui Christian Vanneste, Député UMP du Nord, en annulant sa condamnation pour injure envers la communauté homosexuelle.

Extrait du Figaro « Vanneste blanchi » : En janvier 2006, le tribunal correctionnel de Lille avait condamné M. Vanneste à 3.000 euros d'amende, ainsi qu'à 2.000 euros de dommages et intérêts à verser à SOS-Homophobie, Act-Up Paris et au Syndicat national des entreprises gays (Sneg). Le 25 janvier 2007, la cour d'appel de Douai (Nord) avait confirmé cette décision.

Estimant qu’un parlementaire est investi d'une parcelle de la souveraineté nationale" et que "sa liberté d'expression est une condition de la démocratie et de l'Etat de droit", M. Vanneste avait formé un pourvoi en cassation.

L'affaire était née de la vive opposition de M. Vanneste à la loi du 30 décembre 2004, réprimant les injures et discriminations homophobes au même titre que les injures et discriminations racistes ou sexistes.

M. Vanneste avait notamment affirmé dans la presse régionale que l'homosexualité était "inférieure à l'hétérosexualité. Si on la poussait à l'universel, ce serait dangereux pour l'humanité".

Allant contre l'avis de l'avocat général, qui le 14 octobre avait conclu au rejet de ce pourvoi, la chambre criminelle a "cassé" mercredi la décision de la cour d'appel, sans même renvoyer le dossier devant une autre cour d'appel.

"Si les propos litigieux, qui avaient été tenus dans la suite des débats et du vote de la loi du 30 décembre 2004, ont pu heurter la sensibilité de certaines personnes homosexuelles, leur contenu ne dépasse pas les limites de la liberté d'expression", a considéré la cour suprême.

Autant dire que cette décision s’avère lourde de conséquences puisqu’elle permet à chacun le droit d’insulter et d’attenter à la dignité d’autrui sous couvert de la liberté d’expression.

Je doute que tous les citoyens français soient logés à la même enseigne et qu’en pareille situation, et pour bien moins que cela, la justice ne s’applique pas de la même manière si vous êtes un citoyen lambda ou si vous êtes Député ou Sénateur.

Christian Vanneste et sa bande de copains, vont donc selon leur bon vouloir, pouvoir continuer leur sainte croisade contre le fléau que représente à leurs yeux l’homosexualité. Celles et ceux qui pensaient que la Justice de notre pays pouvait les protéger en seront pour leurs frais.

Nicolas Sarkozy, simple président de l’UMP, avait en son temps demandé à Christian Vanneste de se taire, jugeant ses propos stupides. Gardera-t-il la même pensée maintenant qu’il est président de la République ?

Désormais en France, on a le droit de tout dire sans être inquiété. Les PD, les femmes, les handicapés, les musulmans ou les juifs n’ont qu’à bien se tenir : ils pourront subir demain toutes les injures liées à leur différence sans que cela n’inquiète la Justice.

C’est une bonne nouvelle pour Christian Vanneste, c’est une journée bien sinistre pour ma vision d’une République qui respecte tous ses enfants dans leur diversité. Cette France qui laisse ressurgir de vieux démons du passé m’effraie plus que de raison…

Régis Sada

15:36 Publié dans Bien s'engager ? | Lien permanent | Tags : vanneste, ump, politique, homophobie, justice | |  Facebook

18 mai 2007

Pourquoi Christian Vanneste et Joëlle Ceccaldi-Raynaud sont le fruit des mensonges du Président Nicolas Sarkozy et de l’UMP ?

medium_flag_france.10.jpgMes chers compatriotes et citoyens,

Depuis le 6 mai 2007 à 20H00, le site de campagne du candidat Nicolas Sarkozy –élu Président de la République- annonce fièrement qu’ Aujourd’hui tout est possible ! . Je suis au regret de constater que c’est la triste réalité et que la « France d’après » nous ramène au principe de la République des copains et de toutes les connivences.

Durant toute la campagne électorale, le candidat Nicolas Sarkozy avait promis de tout dire ce qu’il ferait lorsqu’il serait élu Chef de l’Etat. La nouvelle Présidence rend aux français un « devoir de vérité », il est d’utilité publique de dire clairement et ouvertement que notre nouveau Président a menti à ses compatriotes. Celles et ceux qui ont cru à ses belles promesses et ses engagements sur l’honneur en seront pour leur frais.

DEVOIR DE VERITE SUR CHRISTIAN VANNESTE

medium_christian_vanneste.jpgChristian Vanneste –Député UMP de la 10ème circonscription du Nord- a été condamné le 24 janvier 2006 par le Tribunal Correctionnel de Lille pour « incitation à la haine homophobe ». Cet élu de la République indigne n’a jamais hésité à utiliser son mandat de Parlementaire pour exprimer son aversion de l’homosexualité dans les termes suivants :

«L’homosexualité est une menace pour la survie de l’humanité ».

«Je connais beaucoup de jeunes homosexuels et je leur apporte mon aide en les dirigeants vers des médecins de façon à ce qu’ils puissent être aidés et soignés ».

« L’homosexualité est inférieure à l’homosexualité ».

« Le comportement homosexuel est un comportements sectaire ».

« Je critique les comportements, je dis qu’ils sont moralement inférieurs ».

A la question suivante d’un journaliste : « Vous n'avez pas sanctionné les propos homophobes du député UMP Christian Vanneste. Est-ce une position tolérée au sein de votre parti ? », notre nouveau Président de la République a répondu : « Ces propos, je les ai dénoncés fermement en conférence de presse. J'ai trente ans de vie politique derrière moi. On ne peut me reprocher aucune déclaration qui ne soit pas conforme aux valeurs de la République » et « C'est moi le premier qui ai regretté l'attitude de la droite face au Pacs et qui ai fait voter un statut fiscal pour les pacsés » et enfin à la question du maintien de Christian Vanneste à l’UMP : « Oui, bien sûr, et alors? À l'UMP, c'est comme à Libération, il n'y a pas de ligne obligatoire » et encore « on ne dénonce pas l'extrémisme en étant soi-même extrémiste et en cédant à la pratique systématique de l'amalgame ».

A ces déclarations de bonnes intentions, il est nécessaire d’opposer le constat réel : Christian Vanneste ne sera pas étiqueté UMP lors des élections législatives certes, mais :

- il dispose du soutien plein et entier de tous les ténors de ce parti à la Fédération du Nord

- il portera l’étiquette du Centre National des Indépendants et Paysans –apparenté UMP-

- il n’aura aucun candidat UMP qui lui sera opposé lors de ce scrutin.

Conclusion : Christian Vanneste sera très probablement réélu Député avec le soutien actif de Nicolas Sarkozy et de l’UMP et disposera donc pour les cinq prochaines années d’une tribune libre –l’assemblée Nationale- où il pourra distiller ses pensées haineuses et honteuses sur l’homosexualité.

DEVOIR DE VERITE SUR JOËLLE CECCALDI-RAYNAUD

medium_joelle_ceccaldi_raynaud.2.jpgJoëlle Ceccaldi-Raynaud –Maire de Puteaux et Députée suppléante de Nicolas Sarkozy- a été condamnée en appel avec son père Charles Ceccaldi-Raynaud –ancien Sénateur Maire de Puteaux- le 26 avril 2007 par la Cour d’Appel de Versailles pour avoir laisser paraître sur le site municipal de la Ville de Puteaux, un message rédigé par son père –alors Maire de la Ville- dans lequel il était clairement affirmé que Christophe Grébert –militant socialiste homosexuel de Puteaux- « s’approchait facilement de la joue des enfants ».

La Cour d’Appel de Versailles a confirmé le premier jugement rendu par le Tribunal Correctionnel de Paris, qui avait estimé que ces termes pouvaient laisser entendre aux lecteurs que Christophe Grébert avait des « penchants pédophiles » et que la diffamation homophobe était clairement établi.

Lors de la première condamnation, j’avais écrit une lettre ouverte au candidat Nicolas Sarkozy pour m’étonner que ce dernier qui entendait « nettoyer la banlieue au karcher », ne commence par « nettoyer l’UMP des élus rendus indignes par de telles condamnations ».

La Députée-Maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud n’avait pas hésité à faire déposer dans ma boîte aux lettres un courrier dans lequel elle m’a exprimé le choc ressenti à la lecture de ma lettre ouverte. Dans ce courrier parfaitement illégitime –en tête de la Mairie- et rédigé dans une tournure ridicule, la Députée-Maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud avait conclu son argumentaire par un « devoir de précaution ».

Certains ont trouvé que mes propos frisaient le « harcèlement » contre Madame la Députée-Maire de Puteaux. Je suis certain qu’ils auront été satisfaits de lire la tribune de la majorité municipale de Puteaux de mai 2007, qui reprend le terme de « devoir de précaution » et en estimant avoir œuvré tous ensemble pour la sécurité des enfants de Puteaux et la tranquillité des parents putéoliens.

Pour mémoire, une œuvre graphique dédiée à la cause de l’association Aides avait été « modifiée » pour placer la photo de la Députée-Maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud en lieu et place de François Hollande, dans un article paru dans le Puteaux-Infos. Afin de « réparer » cette erreur d’appréciation, une subvention exceptionnelle de 5.000 € avait été votée en urgence par le Conseil Municipal de Puteaux….la première n’avait été que de 500 € !

Voilà ce que la République et la démocratie française permettent d’abriter !

Le Président du Conseil Général des Hauts-de-Seine – un certain Nicolas Sarkozy- s’est toujours refusé à commenter les propos tenus par sa suppléante à l’assemblée Nationale lorsqu’il fut interrogé à ce sujet en séance. Il est utile de préciser qu’il est toujours royalement invité aux festivités de fin d’année organisées par la Ville de Puteaux et y reçoit un accueil chaleureux.

A ce triste constat il est essentiel de rappeler que Joëlle Ceccaldi-Raynaud :

- a été investie le mercredi 16 mai 2007 –veille de la Journée Mondiale Contre l’Homophobie- par l’UMP, pour reprendre la circonscription laissée par Nicolas Sarkozy.

- son père –pourtant en froid avec sa fille depuis plusieurs mois- a visiblement user de ses appuis départementaux pour pousser à cette désignation.

- bien que le Conseil Municipal de Puteaux ait approuvé un texte rappelant son attachement à la lutte contre toutes les formes de discriminations, les supporters de Charles et de Joëlle Ceccaldi-Raynaud continuent à insulter et humilier Christophe Grébert lors des Conseils Municipaux.

Conclusion : Joëlle Ceccaldi-Raynaud sera élue Députée de Neuilly sur Seine et de Puteaux le mois prochain, en lieu et place de Nicolas Sarkozy. Elle représentera le Peuple et les citoyens de sa circonscription tout en ayant été condamnée pour avoir laissé diffuser un message portant à l’honneur et à la dignité d’un…citoyen !

UNE GIFLE A LA NATION ET UN AFFRONT AUX VALEURS DE LA REPUBLIQUE

medium_nicolas_sarkozy.jpgmedium_LOGO_UMP.2.jpgEn refusant de présenter un candidat face à Christian Vanneste et en investissant Joëlle Ceccaldi-Raynaud, le Président de la République Nicolas Sarkozy et l’UMP : font une injure à toutes les victimes de l’Homophobie et de la rumeur pédophile, giflent la Nation et portent lourdement atteinte aux valeurs républicaines.

C’est un signal fort et clairement négatif à toutes les citoyennes et les citoyens qui ont cru, naïvement, que Nicolas Sarkozy avait « changé » et que l’UMP défendrait une certaine forme de moralité politique.

Comment désormais, pourrons nous donner du crédit à des gens qui non sans culot, répètent à qui veut l’entendre qu’ordre et justice doivent être respectés et que les parents doivent apprendre à leurs enfants le sens des valeurs de respect et de tolérance ?

Lors de cette élection présidentielle, les français ont montré leur attachement à la démocratie au travers d’un suffrage universel légitimé par une participation record. Le Peuple doit savoir –s’il a pu en douter un instant- qu’il ne dispose que de devoirs envers la France , et que les élus ont tous les droits…même celui de les insulter et de les calomnier.

Je ne partage pas ces méthodes de copinage et de connivences. Les représentants du Peuple doivent encore plus que les autres être respectables et exemplaires. Se taire et ne rien dire c’est faire acte de compromission et de collaboration.

En tant que républicain, citoyen et militant engagé, je pense à Roselyne Bachelot et aux militants de GayLib qui malgré leur courage –presque exemplaire- au sein de l’UMP sur les questions liées à l’homosexualité, n’auront pas réussi à faire écarter des gens qui salissent ouvertement le sens de leur combat et la respectabilité de leurs convictions.

J’ai de la peine pour la conscience des sympathisants et des militants de l’UMP du Nord, de Neuilly-sur-Seine et de Puteaux, qui se voient contraints de se soumettre à la volonté d’un parti et d’apporter leur voix à des gens qui ont eu des comportements aussi incompatibles avec l’honneur.

J’ai honte pour la République et pour la France qui sont ainsi salis et souillés.

Mes dernières pensées vont à toutes les victimes de la haine, de la calomnie, de la suspicion et de la barbarie.

Je pense à Christophe Grébert, citoyen exemplaire, qui n’a pas accepté qu’on laisse planer le moindre doute sur son intégrité.

Je pense à ces milliers d’homosexuels qui sont en France et dans le monde : insultés, humiliés, pourchassés et assassinés, pour le seul crime d’avoir une sexualité différente d’une autre.

Je pense enfin, avec une profonde émotion, à tous les homosexuels déportés et torturés dans les camps d’extermination nazis.

Ma voix perdue au milieu de millions d’autres voix n’a aucun poids, j’en suis conscient. Mais pour moi, rester dans un silence de compromission et donc une forme de collaboration, c’est porter atteinte à la mémoire de mon grand-père résistant et déporté au camp nazi de Dachau, et de toutes ces personnes qui ont péri pour me permettre d’être libre aujourd’hui.

Beaucoup me trouveront ridicule dans mon action et dans mes propos. Tant mieux, cela prouve que j’existe et que je suis bien vivant. De nos jours, on meurt de tout sauf du ridicule…il me reste donc quelques années à vivre pour dénoncer ces élus indignes qui m’indisposent plus que tout.

Un certain Général de Gaulle dira le 18 juin 1940 : « Vive la France libre dans l’honneur et dans l’indépendance ! ». Si l’indépendance de la France est garantie depuis cette date, la République elle, vient de perdre l’honneur qui lui restait, souillée par des élus et des responsables politiques dénués de tout sens moral.

Si Mme. la Députée-Maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud, estime avoir été diffamée par l'ensemble de mes propos, et qui lui vienne la soudaine envie de me faire comparaitre devant les tribunaux à mon tour, elle doit savoir clairement et ouvertement que l'ont peut exprimer son mépris et son aversion pour des propos et des comportements sans porter atteinte à l'honneur et à la dignité d'une personne. Le cas échéant, je ferai face à mes juges la tête haute et les mains propres, assumant mes propos jusqu'à mon dernier souffle et en revendiquant mon droit légitime à la liberté d'expression.

Je n'ai peur de rien...sauf de la calomnie distillée comme un poison dans la tête des gens.

Régis Sada